Offres et demandes Travail Indépendant Orientation professionnelle ANETI 332 connectés
ANETI
Recherche   Recherche avancée     
Présentation de l’ANETI
Le réseau de l’ANETI
Les sevices en ligne
Indicateurs de l’ANETI
Les conseillers de l’emploi
Coopération Internationale
Les experts de l’ANETI
Consultations de l’ANETI
Appel à candidatures
Projet BAD
Appels d’offres et résultats
Consultations CEFE
Accès à l’information
Formulaires à télécharger
Outils et Flux RSS
Archives des articles de presse
Faites-nous part de vos commentaires
 
Acces Membre
Login
Password
Candidat Entreprise
Devenir Membre
Mot de passe oublié?
Annuler mon inscription
 
Acces rapide
Offres d’emploi
Demandeurs d’emploi
Avis de concours
Annonces de presse
Handipass
Inventaire d’intérêt
Etes-vous satisfaits?
Outils et Flux RSS
Emploi International
Offres d’emploi KARAMA
Projet BAD

Notre page Facebook  Notre chaine Youtube

Accés Au Documments

Formation Professionnelle et Emploi en Tunisie

Barre d'outils d'ANETI
 

Vous êtes ici : Accueil

Actualités
Date : 11/10/2019
Selon un récent rapport de l’OIT, les petites entreprises et les travailleurs indépendants

Une étude sans précédent révèle que sept travailleurs sur dix sont indépendants ou salariés de petites entreprises, un constat qui peut avoir d’importantes répercussions sur les politiques d’aide à l’emploi et aux entreprises menées dans le monde entier.

GENÈVE (OIT Infos) – D’après de récentes estimations de l’Organisation internationale du Travail (OIT), les travailleurs indépendants et les micro- et petites entreprises jouent un rôle beaucoup plus important en termes de création d’emplois qu’on ne le croyait.


Des données recueillies dans 99 pays indiquent que ce qu’il est convenu d’appeler les «petites unités économiques» représentent à elles seules 70 pour cent de l’emploi total, ce qui en fait de loin les principaux moteurs de l’emploi.

Ce constat a des répercussions «extrêmement importantes» pour les politiques et programmes axés sur la création d’emplois, la qualité de l’emploi, les jeunes entreprises, la productivité de l’entreprise et la formalisation des emplois, qui doivent, précise le rapport, se concentrer davantage sur ces petites unités économiques.

L’étude montre aussi que, dans ces 99 pays, 62 pour cent des emplois en moyenne se trouvent dans le secteur informel, où les conditions de travail tendent généralement à être moins favorables: absence de sécurité sociale, salaires peu élevés, lacunes en matière de sécurité et de santé au travail, relations professionnelles peu développées. Les niveaux d’informalité varient considérablement, allant de 90 pour cent au Bénin, en Côte d-Ivoire et à Madagascar, à moins de 5 pour cent en Autriche, en Belgique, au Brunei Darussalam et en Suisse.

Toutes ces informations sont répertoriées dans un rapport récemment publié par l’OIT, intitulé Les petits comptent aussi: Données mondiales sur les contributions des travailleurs indépendants, des microentreprises et des PME à l’emploi .

Ce rapport indique que, dans les pays à revenu élevé, 58 pour cent de l’emploi total se concentre dans de petites unités économiques, ce taux étant largement supérieur dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Dans les pays ayant les niveaux de revenu les plus bas, la proportion de l’emploi dans les petites unités économiques atteint quasi 100 pour cent, précise le rapport.

Ces estimations se fondent sur des enquêtes nationales auprès des ménages et des enquêtes nationales sur la main-d’œuvre réalisées dans toutes les régions du monde – à l’exception de l’Amérique du Nord –, et non sur la source plus traditionnelle que sont les enquêtes auprès des entreprises, dont la portée est généralement plus limitée.

«A notre connaissance, c’est la première fois que la contribution des petites unités économiques à l’emploi fait l’objet d’une estimation, en termes comparatifs, pour un si grand nombre de pays, en particulier des pays à revenu faible ou intermédiaire», explique Dragan Radic, chef de l’Unité des petites et moyennes entreprises du Département des entreprises de l’OIT.

Le rapport indique que le soutien aux petites unités économiques devrait être un élément central des stratégies de développement économique et social. Il souligne l’importance de créer un environnement favorable à ces entreprises, de garantir leur représentation effective, et de veiller à ce que les modèles de dialogue social s’y appliquent également.

Le rapport formule d’autres recommandations, à savoir: comprendre comment la productivité de l’entreprise est déterminée par un «écosystème» plus vaste; faciliter l’accès à la finance et aux marchés; encourager l’entrepreneuriat des femmes; et promouvoir la transition vers l’économie formelle et la durabilité environnementale.

On qualifiera de microentreprise une entreprise employant jusqu’à 9 salariés, tandis qu’une petite entreprise peut en compter jusqu’à 49.

Source:http://www.ilo.org

   

Dernière mise à jour
18/11/2019 a 17:38

 
Acceuil Plan du site Imprimer FAQ Liens utiles Suggestions FAQ
Etes-vous satisfaits Contact Suggestions En langue arabe English version Liens utiles Questions fréquemment posées Plan du site Accueil
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!